EP.48. Podcast de J7 Media : Les avantages collatéraux pour une organisatio‪n‬

Podcast de J7 Media : Les avantages collatéraux pour une organisatio‪n‬

Épisode 48

Podcast de J7 Media : Les avantages collatéraux pour une organisatio‪n‬

Être un expert est une chose, le faire savoir de manière hebdomadaire en est une autre! Notre podcast Social Selling nous a ouvert de nombreuses portes avec des consœurs et confrères, mais surtout avec de nouveaux clients!


Dans cet épisode, vous découvrirez quelles ont été les conséquences positives d’avoir lancé ce podcast et ce que vous pouvez en tirer comme leçons.


Bonne écoute!


Groupe Facebook: https://www.facebook.com/groups/pubfranco

--

Itunes

Spotify

Deezer

RadioPublic

--------------------------------


[Antoine Gagné]

Mon nom est Antoine Gagné, au nom de toute l'équipe de J7 Media, je suis très content de vous avoir avec nous aujourd'hui pour un nouvel épisode de Social Selling.


Si vous aimez les épisodes qu'on sort chaque semaine, on vous invite à vous abonner sur Spotify, Apple Podcast ou sur votre plateforme de balado préférée afin d'être notifié des nouveaux épisodes qui arrivent tous les mercredis matin.


Aujourd'hui, on ne parle pas de publicité Facebook, mais bien de podcasting.


Dans la dernière année chez J7 Media, on a fait plus d'une centaine d'enregistrements entre nos différents balados et on a cru intéressant de partager avec l'audience l'impact que ce média peut avoir sur votre entreprise.


Mon collègue Samuel Sévigny, directeur des partenariats stratégiques dans notre organisation, est avec nous aujourd'hui pour en discuter.


Samuel, bienvenue pour la première fois sur Social Selling.


[Samuel Sévigny]

Merci beaucoup, Antoine, c'est un honneur.


[Antoine Gagné]

Sam, je sais que c'est la première fois que tu viens sur nos podcasts, mais je pense que les gens avec qui tu parles, les gens qui viennent discuter avec nous pour faire affaire avec J7 Media, il y a beaucoup de gens qui nous parlent du podcast?


[Samuel Sévigny]

Oui, en effet, je pense que c'est quand même quelque chose qui prend beaucoup d'amplitude. Je pense que c'est un média, également, qui devient de plus en plus populaire et qui prend de l'ampleur ici au Québec. 


De plus en plus, on voit l'émergence des podcasts, les courbes d'écoutes qui augmentent, et nous, je crois que ça nous a servi grandement dans la dernière année, il faut se le dire.


[Antoine Gagné]

Et puis c'est de ça qu’on va discuter ensemble aujourd'hui. Juste pour donner un petit peu de contexte à l'audience, nous on a été capables de voir, dans la dernière année, littéralement 6 points, 6 points qu'on a été capable de générer. 6 concepts qui sont venus littéralement grâce au podcasting que je vais vous énumérer à l'instant. Samuel va vous en expliquer quelques-uns et je vous partagerai les autres par la suite.


Donc, dans la dernière année, le podcasting, autant Social Selling que Hypercroissance... 

D'ailleurs, pour les gens qui ne le sauraient pas, on a un podcast, Hypercroissance, qui sort tous les lundis matin, qui est un podcast purement affaire. 


Dans la dernière année, ces deux podcasts-là combinés, il y a également lui qu'on fait en anglais, Social Selling, ça nous a généré énormément de leads qui sont venus travailler avec nous. Automatiquement, ça nous amène une certaine autorité et une certaine notoriété qui nous a permis d'aller sur d'autres médias, sur certains autres podcasts. 


Ça nous permet d'aller rencontrer des gens avec lesquels on veut discuter spécifiquement. Également, cela nous a permis d'aller sur d'autres types de podcasts et d'aller partager un petit peu l'expertise qu'on a. 


Ça nous aide ensuite à générer énormément de contenus sur les réseaux sociaux qu'on va vous montrer et pour lesquels on va vous expliquer, aujourd'hui, comment on fait pour arriver à ça. 


Par la suite, le point qui est peut-être le moins connu, mais qui nous aide énormément, toutes les dernières embauches qu'on a faites dans notre organisation sont venues suite à des gens qui écoutaient Social Selling et qui se cherchaient un emploi. 


D'ailleurs, je le redis, s'il y a des gens qui écoutent le podcast aujourd'hui et qui se cherchent un emploi, on est à la recherche présentement de gens dans plusieurs postes de notre organisation. Allez voir sur notre site web et vous allez pouvoir voir tout ça.


Donc Sam, je te renverrais la balle. Parle-nous un petit peu de ce que ça donne Social Selling en termes de leads, en termes de rencontres, en termes de clients potentiels qui voudraient travailler avec nous. 


Peux-tu nous dire un petit peu ce que ça a donné pour toi dans la dernière année?


[Samuel Sévigny]

Oui évidemment, mais je veux commencer ce point-là avec une statistique qui est vraiment très intéressante et qui, je trouve, ouvre un petit peu le sujet.


Les 10 derniers clients avec qui on a débuté un mandat, sur ces 10 clients-là, il y en a 7 qui avaient déjà écouté un épisode de Social Selling ou d'Hypercroissance et qui me l'ont spécifiquement mentionné. 


On ne peut pas nécessairement attribuer une prise de contact d'un client potentiel directement à un podcast je crois, mais ce qu'on peut dire, c'est que ça nous positionne d'une façon, on va dire, très professionnelle. 


Ça nous positionne plus rapidement dans la tête d'un client potentiel, déjà même avant que j’engage une première conversation avec cette personne-là.


Ça, je crois que ça a eu d'un impact assez remarquable. C'est assez flagrant, 7 personnes sur 10 qui nous arrivent et qui nous disent : "On a écouté les épisodes, ça fait 3 ou 4 épisodes sur un sujet particulier qu'on entend, on aimerait ça avoir plus d'informations à ce moment-là". 


Je crois que c'est quelque chose d'assez notable. Je te dirais que l'impact le plus tangible que je remarque c'est que le rapport de force, on va dire ça comme ça, en termes de vente dans la relation avec un client qui vient nous voir en premier, est beaucoup plus avancé lorsque la personne a déjà écouté un épisode d'un de nos podcasts, que s'il n'en avait pas écouté ou que si c'est moi qui faisais un démarchage à froid.


L'audience est beaucoup plus réchauffée, ils savent qui nous sommes, ils savent nos valeurs organisationnelles, ils savent de quoi on parle, c'est quoi notre valeur ajoutée, comment est-ce qu'on peut aider les organisations. Donc, ils sont déjà pré-qualifiés si on veut lorsqu'ils ont écouté un podcast avant de venir nous voir.


Moi, ça accélère beaucoup mon processus de qualification, de discussion avec les clients. La personne a déjà conscience d'un problème qu'elle a en lien avec la publicité Facebook lorsqu'elle prend contact avec moi et qu'elle a déjà écouté le podcast Social Selling, ou Hypercroissance, parfois, d'un point de vue plus affaire.


[Antoine Gagné]

Intéressant, parce que c'est ça le but de donner autant de contenu, c'est qu'éventuellement, le contenu que tu donnes, que ce soit par podcast, YouTube, articles de blogue, ou peu importe, mais ici, par exemple, on parle spécifiquement du volet de podcasting. C'est que les enjeux que les gens vont vivre, si toi, en tant qu'organisation, tu l'as déjà vécu d'une certaine manière, et que tu es capable d'expliquer ces enjeux-là et, également, les solutions reliées à l'enjeu à l'intérieur d'un podcast, il y a des gens qui vont se reconnaître. 


Il y a des gens qui vont se reconnaître et, à partir de là, ça peut peut-être éveiller les esprits. Donc, je pense que pour les gens qui nous écoutent aujourd'hui et qui pensent à peut-être se lancer un podcast pour leur entreprise, ce que Sam a dit, le volet de l'autorité, le volet de notoriété, le volet de répondre à un enjeu que certains clients pourraient avoir et que vous êtes capable d'y répondre à l'intérieur d'un podcast, c'est une valeur exceptionnelle que ça amène ce type de média là.


[Samuel Sévign0y

Exact, tu as tout compris. Et je pense que c'est important de le dire, le podcast, souvent, amène ton client potentiel à prendre conscience d'un problème ou de certaines limites qu'ils ont reliés au sujet sur lequel tu discutes.


 Puis, souvent, ce que ça incite à faire, ensuite, par rapport à l'écoute d'un podcast, c'est de prendre action directement au lieu que la prise de conscience vienne de moi directement. 


Tu peux prendre contact avec la personne et essayer de lui faire prendre conscience qu'elle a un problème et qu'on peut être une solution à son problème. Alors, le positionnement est déjà fait et la prise de conscience est déjà faite, suite à l'écoute de plusieurs pièces de contenu reliées à ces limitations-là.


[Antoine Gagné]

Intéressant. Donc, je pense que pour les gens qui pensent peut-être même des fois à se dire "Quel type d'épisode je pourrais créer?", pensez aux plus gros enjeux que vos clients rencontrent. 


Donc, si vous êtes capable de penser à ces enjeux-là, de penser à ces problèmes-là et, par la suite, de faire un épisode de podcast qui est relié à la solution, automatiquement, comme Samuel le dit, ça va peut-être aider vos prospects à prendre conscience que vous êtes la solution pour eux et, automatiquement, accélérer le processus de vente.


Deuxième point que je vois ici, que tu mentionnais Sam, et qui est excessivement vrai il faut se le dire, il y a des gens qu'on admire, des gens avec qui on n'a même pas nécessairement envie de travailler, mais avec qui on a juste envie de discuter. Alors, le podcast devient un peu un prétexte pour ouvrir cette discussion-là.


[Samuel Sévigny]

Tu as tout compris. Soyons réalistes, lorsqu'on entre en contact, par exemple, avec une personne qui est exactement comme tu l'as dit, une grosse organisation, des gens que l'on admire, qui ont quand même un certain statut dans l'univers entrepreneurial, et qu'on arrive avec un prétexte de venir sur un podcast, de venir parler de leur expérience, de leur défi, de la réussite, etc... En leur donnant littéralement une plateforme, une occasion, de créer une pièce de contenu intéressante qui leur est propre, c'est beaucoup plus doux comme approche d'arriver à une personne qui ne te connaît pas avec ça, que d'arriver à froid et d’essayer de générer une rencontre à partir de rien. 


Ici, on a un bon prétexte qui est solide et qui comporte plusieurs avantages aussi pour la personne avec qui on rentre en contact. Il faut se le dire, ce n'est pas seulement un prétexte pour avoir une discussion. Cette discussion-là comporte beaucoup d'avantages par la suite pour la personne avec qui on rentre en contact. 


Je peux t'en énumérer plusieurs okay?


[Antoine Gagné]

Oui, vas-y.


[Samuel Sévigny]

Disons qu'on part pour un échange d'une trentaine ou soixantaine de minutes avec quelqu'un. Lui, par la suite, ce qui découle d'un épisode de podcast c'est, premièrement, qu'on peut faire la promotion d'un service, d'un produit, ou d'un lancement.


On l'a fait à plusieurs reprises. Je ne sais pas si tu en as parlé un petit peu, Antoine, mais on l'a fait à plusieurs reprises et c'est un avantage quand même assez considérable parce que, évidemment, l'épisode est diffusé par la suite à des millions, pas des millions, mais des milliers de personnes. On s'excite, on s'emporte, mais non, bien des milliers de personnes, restons terre-à-terre.


Donc, évidemment, c'est une belle plateforme de diffusion lorsqu'on a un produit, un lancement, une offre exclusive ou quoi que ce soit, d'aller en parler en échange de ton temps, évidemment. 


Je ne sais pas si tu en as parlé un petit peu, mais on en a eu récemment.


[Antoine Gagné]

Oui, effectivement, je pense que c'est un bon point.


Donc, c'est ça qui est important de comprendre. C'est que les gens qui font des podcasts et qui essayent d'avoir des gens qui viennent sur leurs différents épisodes, ne pensez pas juste à vous. Pensez à eux.


C'est-à-dire que vous, au plus profond de vous, vous voulez avoir ces gens-là sur votre podcast parce que c'est des gens que vous admirez, c'est des gens que vous pensez que vous allez peut-être pouvoir utiliser pour faire la promotion même de votre podcast en disant que ces différentes personnes sont venues sur votre podcast. C'est des choses qui sont vraies.


Mais, à la fin de journée, la personne que vous admirez, que vous aimeriez avoir, a également des objectifs à atteindre.


Un des meilleurs exemples qui me vient en tête, on va en prendre 3 disons. Donc, Marco, quand il est venu sur le podcast, bon ici c'est une personne qu'on connaissait déjà, donc je pense qu'on aurait été capable de l'avoir sur le podcast sans même essayer de promouvoir quelque chose, mais il faisait le lancement de son nouveau cours en ligne.


Il est venu sur le podcast, on en a parlé et, à la fin, il en a découlé plusieurs transactions dont il a été capable de m'en parler. Pourquoi? Parce qu'on lui a offert cette plateforme de diffusion là.


Nicolas Duvernois, qui n'est pas venu sur le podcast Social Selling, mais sur le podcast Hypercroissance. Donc Nicolas Duvernois, c'est une figure quand même assez emblématique du Québec dans le contexte entrepreneurial. On le voit à l'œil du dragon, on le voit dans les chroniques économiques à Radio Canada. Il fait également des articles avec le Journal des Affaires, donc c'est quelqu'un qui est en vue, qui est connu, qui n'a pas énormément de temps à donner à des petits podcasts indépendants.


Donc, quand on arrive avec le prétexte de dire : "Nicolas, tu as un nouveau livre qui est excellent, qu'on a lu et qu'on aime bien. Aimerais-tu venir en parler sur notre podcast?"


Automatiquement, on sait que le podcast, la plateforme de diffusion qu'on va offrir ici, va pouvoir l'aider à vendre plus de livres. Donc, on pense à son intérêt à lui, et c'est ça qui en fait un bon message. Et il a été capable de nous répondre très rapidement par rapport à ça. 


Il y en a d'autres qui me viennent en tête et qu'on a eus récemment, mais ces deux exemples-là, pour moi, sont les exemples parfaits pour dire : "Ne pensez pas juste à vous, pensez à ce que la personne est en train de faire dans son entreprise, ce qu'elle aimerait atteindre”. 


Par la suite, utilisez le moteur de communication, le canal de communication qui est ici, en l'occurrence le podcast, et essayez d'amener ça à l'objectif que la personne que vous voulez avoir sur votre podcast veut atteindre. Si vous pouvez mixer les deux ensemble, vous risquez d'avoir l'invité tant attendu sur un de vos balados.


[Samuel Sévigny]

Totalement, et je pense que tu le dis très bien. Moi, c'est toujours quelque chose que je garde en tête, c'est primordial. 


Évidemment, on a des intérêts d'organisation à tenir un podcast de la sorte, à avoir cette certaine constance, à créer du contenu, etc... Oui, en termes de positionnement et tout et tout, mais au final, moi, quand je démarche un invité, ce qui m'importe le plus, c'est super important parce que souvent ton taux de réussite d'avoir un invité est directement relié à ça, c'est : 

Quels sont les intérêts de la personne que tu vas inviter sur le podcast? Est-ce que tu peux servir ces intérêts-là? Est-ce que tu peux lui amener un avantage au niveau affaires en l'invitant sur ton podcast? Comment est-ce que je peux aider cette personne-là dans ses propres objectifs d'affaires? C'est vraiment important.


Et, par la suite, évidemment, il y a plusieurs autres avantages. Donc, on sait très bien que, suite à un épisode de podcast, on va découler énormément de contenus sur nos différents médias sociaux. 


Il va y avoir, évidemment, un certain budget média qui va être investi derrière les épisodes pour faire grossir ce podcast-là. Donc, il va y avoir de plus en plus de gens qui vont écouter l'épisode. 


C'est une pièce de contenu, c'est important de le dire, qui est evergreen, donc qui est là à perpétuité, qui perdure dans le temps. Un coup qu'elle est créée, ces 40 à 60 minutes de temps-là, cet épisode-là est là pour rester et être réécouter des fois. 


Moi, je peux te donner un exemple concret, Antoine. Tu as enregistré un épisode du podcast en septembre ou en octobre et, des fois, il y a des gens qui m'arrivent en février. Maintenant, en ce moment, on est le 5 février 2021 à l'enregistrement de ce podcast-là et il y a des gens qui vont me dire : "J'ai écouté le podcast d'Antoine Gagné avec tels invités, telles dates en septembre”, mais ils l'ont écouté il y a une semaine.


Donc, c'est très intéressant de voir que des épisodes, ça perdure dans le temps et qu'il y a des gens, des fois, pour qui c'est peut-être le petit déclic qui fait en sorte qu'ils veulent prendre contact avec une organisation.


[Antoine Gagné]

C'est un bon point ce que tu dis. C'est important que les gens comprennent ce que tu viens de dire aujourd'hui, parce que c'est ça un des plus gros avantages de ce média-là comparativement aux autres.


On est une agence de publicité Facebook, on adore la publicité Facebook, mais on va se le dire, la portée organique ou le contenu sur Facebook, ça ne dure pas à moins que tu payes.


Donc, dans un contexte de diffuser du contenu, si vous mettez uniquement du contenu sur Facebook ou sur Instagram, 24 heures plus tard, ce contenu-là n'existe plus, à moins que vous ayez une pièce virale qui a duré pendant quelques mois. Mais un podcast, comme tu le dis, la pièce de contenu, elle reste à travers le temps.


Et il y a comme quelque chose d'assez spécial quand tu découvres un podcast. Je ne sais pas si ça t'est déjà arrivé pour toi Sam, moi ça m'est arrivé. Puis, j'ai lu énormément de recherches là-dessus qui prouvent ce point-là, on dirait que tu tombes un petit peu dans un endoctrinement avec ce podcast-là. Tu en écoutes un et, automatiquement, tu vas en écouter dix de suite de cette même personne-là. Et ces podcasts-là sont peut-être vieux de un ou deux ans, mais le fait que ce média-là donne la possibilité de perdurer à travers le temps, c'est ce qui fait en sorte que les gens vont écouter en 4-5-6, peu importe le moment de l'année. Et, éventuellement, ils vont peut-être venir vous voir, donc c'est important de garder ça en considération.


[Samuel Sévigny]

100%, et puis, évidemment, je pense qu'un dernier avantage qu'on peut mentionner d'aller chercher des invités sur notre podcast, c'est qu'il y a, d'un point de vue relationnel, d'un point de vue networking, si je peux utiliser l'expression anglophone ici, on développe notre réseau. 


Le premier contact est fait, on a déjà une pièce de contenu créée avec l'invité. Le premier pas, on a appris à se connaître, il y a eu une première discussion et, par la suite, évidemment, ce qu'on peut offrir à nos invités, c'est de continuer cet échange d'introduction là si on veut.


Des fois, on a des invités sur notre podcast qui peuvent s'entrecroiser, qui peuvent se parler pour servir leurs divers intérêts d'affaires et, pour ça, je suis extrêmement ouvert à faire des introductions.


L'introduction ne coûte rien. Une fois que le premier contact est fait, on laisse les gens discuter ensemble. Ça me fait plaisir de pouvoir faciliter les introductions quand il y a une synergie d'affaires qu'on peut exploiter si on veut.


[Antoine Gagné]

Clairement, c'est le networking, tu n'as pas plus fort que ça. Surtout au moment où on se parle, où personne ne peut se voir, la seule manière vraiment de bâtir des rencontres, c'est par des vidéoconférences, mais, malheureusement, les vidéoconférences, ça va rester entre vous et l'invité.


Un podcast sera vous, l'invité et une certaine audience. C'est ça le gros avantage qu'on est capable d'avoir ici.


Autre chose, parle-moi un petit peu de tout ça, Sam, parce que, oui, on a nos podcasts à nous certes, mais ce n'est pas vrai de penser qu'on peut uniquement faire de l'acquisition de clientèle avec notre podcast. On doit avoir une vision plus large de tout ça. Nous, on a mis des stratégies en place dans la dernière année en ce sens-là.


[Samuel Sévigny]

Oui, exactement, tu l'as bien dit, Antoine. Il faut comprendre que, oui, on a une audience ici, bien sûr, avec Social Selling, avec Hypercroissance, mais ce qui devient intéressant c'est de penser à divers podcasteurs qui ont eux aussi mis de l'énergie, du temps, sur leurs podcasts pour développer leur audience, entretenir leur audience, pour donner de la valeur à l'audience. Ces gens-là ont peut-être une audience qui pourrait se croiser avec la nôtre, qui pourrait être intéressante d'un point de vue affaires pour nous.


Puis, nous, l'objectif, on va dire, le but du jeu ici, c'est de se positionner devant l'audience à laquelle on aimerait avoir accès. Donc, dans cette approche-là, dans la dernière analyse, ce que j'ai voulu faire c'est dresser une liste d'autres podcasts qui sont dans l'univers, on va dire, du commerce en ligne, qui ont une taille très large dans l'univers du commerce en ligne ou du marketing web, pas nécessairement juste la publicité Facebook. 


Puis, d'approcher ces gens-là avec une approche très transactionnelle ou conditionnelle, on va dire ça comme ça, où on va dire : "Regardez, on a un sujet qu'on aimerait aborder sur votre podcast, on aimerait ça, Antoine en l'occurrence ici, t'envoyer comme invité sur le podcast de monsieur X/Y/Z. En échange, on aimerait vous recevoir sur notre podcast”. 


Ce que ça crée, c’est un croisement d'audience. Automatiquement, on se place devant l'audience de X/Y/Z podcasteur et la même chose se produit, le même effet se produit, c'est le même avantage que l'on offre à un autre podcasteur de venir se positionner devant notre audience.


La mécanique derrière est très très très importante parce qu'on ne peut pas juste aller sur le podcast d'un autre et parler pour parler, évidemment. Il y a quand même un intérêt à faire ça. Donc ça prend, je te dirais, deux grosses conditions ici: ça prend un sujet chaud d’actualité. 


Par exemple, on peut parler de deux exemples concrets que je peux te donner, c'est l'API de conversion parce que c'est sorti cet automne. Exemple, en ce moment, évidemment, on est en plein dedans en date du 5 février 2021, les changements du iOS14. D’arriver avec un sujet d’actualité qu'on peut décortiquer, qu'on peut verbaliser et qui amène de la valeur à l'audience du podcasteur en question, puis, à la fin, d'avoir une offre exclusive évidemment qu'on peut présenter pour générer un petit quelque chose.


Je me rappelle, nous, on l'avait fait de deux façons. En proposant un téléchargement gratuit d'un guide relié à un sujet d’actualité duquel on est allé discuter ou, évidemment, en proposant de faire une analyse gratuite de votre compte publicitaire. Donc, c'est deux offres qu'on avait et qu'on communiquait à la fin du podcast sur lequel tu étais allé et qui ont fonctionné beaucoup pour nous, il faut le dire.


[Antoine Gagné]

Clairement… Bon, c'est important de mettre ça au clair aussi avec l'invité quand vous le faites, c'est-à-dire si vous allez sur un autre podcast pour peut-être parler d'un sujet précis. Vous pouvez uniquement parler d'un sujet précis, mais si vous voulez pousser la réflexion plus loin, vous pouvez offrir un guide, vous pouvez offrir un contenu gratuit que les gens vont pouvoir télécharger.


C'est important de comprendre une chose, c'est qu'il n'y a rien à plus grande valeur ajoutée que d'avoir une audience que vous possédez, c'est-à-dire des gens qui sont sur votre liste de courriel à qui vous pouvez envoyer un courriel chaque semaine.


Donc, si vous pouvez aller sur une audience externe, offrir un guide et, par la suite, que les gens téléchargent ce guide-là, alors, automatiquement, les personnes sur l'audience externe vont faire partie de votre audience dès maintenant.


C'est important aussi que vous exprimiez à votre invité, quand il vient sur votre podcast, parce qu'à un certain point, si vous bâtissez des audiences qui sont fortes, qu'est-ce que vous êtes en train de créer? Vous êtes en train de créer ce que j'appelle des monnaies d'échange. Vous êtes en train de créer des monnaies d'échange parce que ça a une valeur une audience, ça a une très très grande valeur une audience.


Maintenant, pour avoir accès à l'audience du parti tiers, il y a deux manières de le faire. Eh bien, il y en a trois. Soit que vous y allez gratuitement et que la personne vous invite. Soit que vous y allez et que vous faites un échange de visibilité entre vous et la personne, donc elle vient sur votre podcast et vous allez sur le sien. Soit que vous payez.


Bon, vous aurez compris que la dernière est la moins intéressante, personne ne veut payer.


Donc, dans ce cas-là, reste vraiment l'échange de visibilité et je le dis souvent aux gens avec qui je parle : "Regarde, j'aimerais ça aller promouvoir un guide. En échange, je vais sûrement me faire quelques abonnés sur mon infolettre. Aimerais-tu faire la même chose avec nous?"


Aussi longtemps que ça bénéficie à tout le monde, que ça vous bénéficie à vous, la personne que vous invitez, et l'audience. Tu sais, il faut que le guide soit bon, si ça a du sens pour tout le monde, il n'y a pas de problème à le faire.


Nous, chaque fois qu'on l'a fait, ça nous a donné des centaines et des centaines de leads qu'on a continué à avoir aujourd'hui. Je vous le dis, c'est quelque chose qui fonctionne, c'est quelque chose de très fonctionnel pour les gens qui ont des podcasts ou qui pensent avoir un podcast. Si vous cherchez des manières de promouvoir, moi, ce serait une des premières manières que je vous dirais de faire.


[Samuel Sévigny]

100%.

C'est bénéfique pour les deux parties, comme tu l'as dit et on arrive avec une approche qui est excessivement transparente aussi. Quand je vais démarcher un échange de visibilité de la sorte, j'arrive avec une approche très transparente. Je regarde aussi, évidemment, les avantages que je vois en faisant ça, mais voir aussi des avantages pour toi.


Je vois des avantages pour notre organisation, mais j'en vois aussi pour toi et les voici : est-ce que tu juges que c'est gagnant-gagnant ici? Si oui, allons de l'avant et faisons cette collaboration et, sinon, parfait, discutons-en. Le but dans tout ça, c'est qu'il y ait vraiment un partenariat de collaboration qui est gagnant-gagnant pour les deux organisations avec qui on va faire le podcast.


[Antoine Gagné]

Effectivement, je suis 100% d'accord avec toi.


Je vais prendre un petit peu le lead ici pour les prochains points que je pense qui sont importants de mentionner, qui sont très intéressants pour les gens qui veulent faire du podcasting ou, du moins, qui veulent améliorer leur podcast dans la dernière année.


Nous, ce que ça nous a amené, également, en tant qu'organisation, c'est la création de contenu.


Donc, il y en a plein de gens qui ont fait beaucoup d'analyses autour de ça, Gary Vaynerchuck c'est le premier. Si vous voulez créer du contenu "Ads Scale", donc avoir du contenu tous les jours sur vos différentes plateformes de médias sociaux (Facebook, Instagram, YouTube, etc.), vous devez avoir un contenu "killer content", un contenu de longue durée que vous allez être capable de décliner. 


Donc, d'avoir une pièce de contenu comme on fait aujourd'hui, d'une trentaine de minutes, et bien, il y a certains points dont on va avoir discuté dans l'entretien qui vont être des trucs et des astuces qui vont être intéressants à décortiquer dans un extrait de peut-être 30 à 40 secondes.


Ces extraits de 30-40 secondes vont pouvoir devenir un contenu que vous mettez sur Instagram, sur Facebook, sur LinkedIn et, automatiquement, ce que ça fait, c'est que ça promeut du même coup votre podcast. Donc, ça vous fait une présence en ligne, ça promeut votre podcast et ça garde votre brand actif, votre brand que les gens vont être capables de découvrir jour après jour.


Si vous n'avez rien créé, vous faites un épisode de 30 minutes et, par la suite, vous déclinez ce type de contenu là. Nous, pendant sept ans, on n'avait jamais été capable d'avoir une stratégie de création de contenu pour qu'on soit capable de faire des publications tous les jours.


Quand on a commencé à faire nos podcasts, c'est là qu'on a été capables de commencer à créer du contenu tous les jours, mais c'était uniquement possible de le faire avec un podcast.


Donc, je vous le dis, si vous avez des questions que vous vous posez sur la manière de garder votre brand actif sur les différentes plateformes de médias sociaux, il n'y a rien de mieux qu'avoir un long podcast que vous êtes capable de décliner par la suite. Point 1, je vous le dis, ça fonctionne.


Un autre point qui nous a grandement aidés, c'est le recrutement. Donc, des gens vont peut-être vouloir faire du podcasting pour aller chercher une nouvelle clientèle, certes. Mais on le sait qu'il y a des gens qui nous écoutent aujourd'hui qui ont des entreprises, qui ont peut-être des agences, qui ont des commerces en ligne, et vous faites un podcast ou vous aimeriez faire un podcast et vous manquez de gens qui travaillent pour votre organisation, et bien, nous, on l'a vu en créant Social Selling. Ça a fait énormément de gens qui sont venus à nous dans la dernière année pour travailler avec nous.


Donc, dans un contexte où la bonne main d'œuvre, des fois, est très difficile à trouver, de se créer une communauté de gens qui ont des intérêts envers ce que vous offrez peut, par la suite, devenir une audience. Encore une fois, je le répète, ce sont des gens qui vont pouvoir travailler et être employés dans votre organisation. Et ça, c'est tellement intéressant parce que, dites-vous une chose, quand vous mettez une offre d'emploi sur un site internet, les gens qui vont postuler sur cet emploi-là vont peut-être aller voir votre site internet, vont peut-être aller voir les profils Linkedin de l'entreprise, les profils des différents employés. Ils vont se faire une tête sur votre organisation et, ça, c'est bien, mais il n'y a rien de mieux qu'un employé qui a écouté le contenu chez vous pendant quatre, cinq, six mois de ça et qui voit une offre d'emploi et postule.


Cette même personne-là connaît votre entreprise de A à Z ou, du moins, connaît certaines nuances dans l'entreprise, on va dire ça comme ça. Donc, quand elle rentre, les différentes formations sont beaucoup plus faciles à expliquer parce que la personne connaît déjà un certain jargon interne que vous avez été capable de discuter sur le podcast.


Pour moi, ça n’a vraiment pas été une surprise parce que je m'attendais à ce qu'on soit capable de générer, peut-être d'aider, des gens qui seraient intéressés à venir travailler pour nous. Mais clairement, là, ça se prouve. On continue à recevoir des offres de gens qui veulent travailler avec nous chaque semaine et qui ont écouté Social Selling.


[Samuel Sévigny]

Évidemment, et je pense qu'il y a un bon parallèle à faire sur ce que je disais en début de podcast, quand un client potentiel écoute notre podcast de façon constante, semaine après semaine, et arrive et prend contact avec moi. Moi, je vois la différence tout de suite. 


C'est la même chose pour le recrutement, quelqu'un qui va postuler, qui a écouté Social Selling, évidemment, a déjà entendu ta voix et celles de certains de nos collègues aussi, et ils comprennent un petit peu comment on travaille, comment on communique. Ils comprennent un peu des choses qui sont, on va dire, impossible à voir et à sentir lorsqu'on s'en va simplement visiter un site web avant de postuler.


C'est la même chose, encore une fois, comme je disais, pour un client potentiel qui prend contact avec moi. La discussion est beaucoup plus facile et beaucoup plus avancée également que si l'on débutait de zéro.


[Antoine Gagné]

Effectivement, donc je vous le dis, je crois que c'est assez clair, c'est un média en émergence constante le podcasting. Ça crée une proximité avec votre clientèle, votre communauté, comme vous n'avez pas idée.


C'est impressionnant ce que ça peut faire, c'est très puissant, mais ça revient encore une fois à une chose : la constance.


Si vous n'êtes pas capable de coller un épisode par semaine, chaque semaine, pour autant longtemps que vous le voulez, vous n'allez jamais être capable d'avoir des résultats. 


On l'avait vécu à la dure, nous, au départ avec Hypercroissance. On ne pouvait pas sortir plus qu'un épisode par mois parce qu'on ne mettait pas assez de temps, on ne mettait pas assez d'amour et on ne voyait pas nécessairement de résultats avec Hypercroissance. Personne ne nous en parlait et, quand on a commencé à coller les épisodes, c'est là que ça s'est enchaîné, même chose pour Social Selling d'ailleurs.


[Samuel Sévigny]

Voilà.


[Antoine Gagné]

Donc, Sam, as-tu des choses à rajouter par rapport à l'impact qu'un podcast peut avoir sur une entreprise avant que je ne te laisse filer?


[Samuel Sévigny]

Non, je crois que ça a fait pas mal le tour. Puis, on va continuer également à faire des bons épisodes chaque semaine et on est bien content d'avoir vos commentaires et points d'améliorations s'il y en a également. On est toujours à l'écoute, mais jusqu'à date, les feedbacks sont assez positifs.


[Antoine Gagné]

Et pour les gens qui nous écoutent, pensez peut-être à mettre un podcast en place. Vous allez voir, les impacts sont assez hallucinants.


Donc, merci, Sam, d'avoir été avec nous et, je le répète, pour les gens qui nous écoutent, on se dit à bientôt pour un prochain épisode de Social Selling.